Le regard de la CoSci : Plancher Pelvien & Pilates – Partie 2

Par Nathalie Maximilien

Comment et pourquoi j’ai proposé des stages sur le thème du périnée aux femmes qui fréquentaient mon studio de Pilates ?

Avant de changer d’orientation professionnelle, j’ai exercé le métier d’infirmière en structure hospitalière pendant 10 ans, puis Cadre de santé pendant également 10 ans dont 5 en qualité de formatrice en IFSI (Institut de Formation en Soins Infirmiers). Passionnée de sport, j’ai suivi une formation d’éducatrice sportive et j’ai découvert la méthode Pilates. Ce fût pour moi une révélation et j’ai pris la décision d’apprendre cette méthode et d’y consacrer ma nouvelle vie professionnelle. J’ai quitté mon poste de formatrice et j’ai ouvert mon studio de Pilates à Caen en 2008. Plusieurs mois ont été nécessaires pour me faire connaitre et recevoir de plus en plus de monde au studio, majoritairement des femmes. Ces femmes savaient que j’avais été infirmière et rapidement elles me confiaient leurs problèmes de santé, dont le problème d’incontinence urinaire d’effort (fuites urinaires). A la fois surprise de la confiance qu’elles m’accordaient si rapidement je me suis dit à ce moment-là que je ne pouvais pas restée détentrice de ces confidences et ne rien en faire. J’ai donc pris la décision de m’inscrire au stage de Blandine Calais Germain intitulé « Périnée féminin : 1er degré » en 2009 d’une durée de 36h. En effet, au cours de mes études d’infirmière, le sujet du Périnée fut très peu abordé, hormis succinctement dans un contexte de maternité ; je ressentais le besoin d’approfondir mes connaissances théoriques sur ce sujet afin d’aider ces femmes. Pendant ce stage la formatrice faisait largement référence au livre de Blandine Calais Germain « le périnée féminin et l’accouchement »et les planches anatomiques de référence permettaient déjà de mieux comprendre comment le périnée est organisé et ses différentes fonctions ; nous avions passé également des heures à le ressentir et à tenter de mobiliser de façon précise les différentes zones du périnée profond et superficiel. Puis j’ai continué à me documenter sur ce sujet et les différents exercices possibles et j’ai proposé des stages sur le thème du périnée à mes clientes. Aujourd’hui, cela représente 23 stages, 70 heures de formation et 180 personnes inscrites aux stages.

Le titre du stage est « Stage Périnée », il se déroule pendant 3h et les objectifs sont les suivants : Connaitre l’anatomie du périnée ; Apprendre des exercices  visant à favoriser le bon fonctionnement du périnée ; Prévenir les problèmes de fuites urinaires ; Répondre aux questions relatives à ce sujet. Le stage se divise en 2 parties : une partie théorique avec présentation et explication des planches anatomiques et d’un modèle anatomique de bassin féminin et des principaux muscles du périnée. Nous abordons les différentes fonctions du périnée, sa physiologie et les pathologies rencontrées. Sont décrits les différents types d’incontinence dont l’incontinence urinaire d’effort (fuites urinaires), les problèmes de prolapsus, les facteurs de risque de l’incontinence urinaire et les solutions que l’on peut proposer (type d’activités, quelques règles d’hygiène de vie…). Puis je propose des exercices pour ressentir le périnée et apprendre à le tonifier quand c’est nécessaire.

Qui s’inscrit à ce stage ? Des femmes entre 20 et 75 ans, souffrant ou non de problèmes d’incontinence urinaire d’effort, avant une première grossesse, après un premier accouchement ou ayant été opérée d’un prolapsus ; il m’est arrivée d’avoir des femmes adressées par leur sage-femme pour des problèmes de périnée hypotonique. A plusieurs reprises des mères et leurs filles assistaient au stage et je trouvais ça intéressant dans la transmission et l’éducation mère-fille. A chaque stage, c’est un moment fort d’échanges où la parole est libre et bienveillante ; les échanges sont enrichissants entre les différentes générations de femmes qui participent au stage et chacune apprend de l’expérience de l’autre. Ce qui me fascine à chaque fois c’est la liberté de parole et la possibilité d’aborder un sujet qui reste tabou dans notre société. Parfois les femmes en parlent entre elles, surtout dans les générations plus jeunes où les choses s’expriment plus facilement mais encore beaucoup de femmes restent avec un problème de « fuites urinaires d’effort »et n’osent pas en parler, même à leur médecin, par honte.

Que viennent chercher ces femmes ? en premier lieu elles souhaitent découvrir et comprendre l’anatomie du périnée, ses fonctions et son organisation. Elles veulent connaitre leur corps. Elles veulent prévenir et/ou traiter un problème de fuites urinaires ; elles veulent apprendre des exercices à faire seules chez elles ; elles souhaitent apprendre à ressentir leur périnée pour le protéger dans le quotidien.

L’évolution du stage en 12 ans !

  • La théorie

Au cours des premiers stages en 2010, mon approche était très « mécanique », je présentais les planches anatomiques en détaillant les os du bassin, les différentes couches musculaires, les ligaments etc. j’abordais ensuite les différentes fonctions du périnée : soutien, continence, amortisseur, posturale, reproductive et sexuelle. Puis j’abordais les différentes pathologies en présentant la classification des différents types d’incontinence urinaire (IU) qui toucheraient plus de 3 millions de français selon le Rapport sur le thème de l’incontinence urinaire rédigé par Le Pr François HAAB en 2007. L’incontinence urinaire est définie par l’International Continence Society (ICS) en 2002 comme « la plainte de toute fuite involontaire d’urine ».

La prévalence du problème varie de 10 à 57% selon les études et elle augmente avec l’âge ; chez les hommes, la prévalence est de 19% avec un pic entre 55 et 59 ans. Je consacrais du temps au sujet des pathologies périnéales et du sport, en présentant la classification de Bourcier (1994) qui est fondée sur la relation existante entre une augmentation de la pression intra-abdominale et les différents sports pratiqués ; il décrit 3 groupes à risque :

– le groupe 1 à haut risque : athlétisme, gymnastique (trampoline, barres asymétriques…), basket-ball, volley-ball, équitation, sports de combat.

– Le groupe 2 à risque modéré : tennis, ski, jogging.

 -Le groupe 3 à moindre risque : natation, vélo, patinage, golf.

L’activité physique intense est identifiée par l’Haute Autorité de Santé (2003) comme un facteur de risque de survenue du trouble d’incontinence urinaire ; JJ Baptiste et JF Hervieu ont rédigé en 2010 dans une revue d’urologie, un article sur le thème :« Fuites urinaires et sport chez la femme ». Dans cet article il est fait référence à de nombreuses études scientifiques sur ce sujet et selon les chiffres de Thyssen et al 51,9% des athlètes de haut niveau auraient déjà présenté des fuites urinaires et 5% de ces sportives n’en avaient pas informé leur médecin. C’est un sujet qui reste tabou, associé « au sale, au vieillissement, à la honte ou encore à la fatalité » ; les auteurs précisent également que les erreurs diététiques chez les jeunes sportives, associant surinvestissement physique et restriction alimentaire peuvent aggraver ce trouble. Parmi les propositions, on peut retenir la suivante : la « rédaction des certificats d’aptitude au sport pourrait être un moment privilégié » pour apporter une information sur le thème de l’incontinence urinaire, dépister les femmes à risque et pourquoi pas déconseiller un sport plutôt qu’un autre.

Au cours du « stage périnée », je présente plus rapidement les autres types d’incontinence urinaire (par impériosité, mixte…) et bien sûr nous abordons le sujet du prolapsus. Quasiment dans chaque stage, il y a une personne qui a bénéficié d’une chirurgie du type « pose de bandelette sous urétrale » suite à un prolapsus génital. Puis les facteurs de risque d’IU sont abordés ; la toux chronique(tabac), la constipation, l’obésité, les infections urinaires récidivantes, l’excès de caféine, alcool, certains médicaments, la ménopause, la chirurgie gynécologique ou urologique, certaines maladies neurologiques (Parkinson, AVC…).Je nomme les différentes techniques de rééducation périnéale pratiquées par des kinésithérapeutes ou des sages femmes et avant de débuter la partie pratique, je propose quelques règles d’hygiène de vie pour » protéger son périnée » comme : arrêter le « stop pipi », prendre le temps d’uriner sans pousser sur la vessie, revoir la position d’assise aux toilettes (surélever les pieds pour un meilleur angle recto-anal, traiter un problème de constipation et boire au moins 1,5 litres de liquide par jour, vider sa vessie toutes les 2h et revoir ses habitudes alimentaires…

  • La pratique

La deuxième partie du stage est consacrée à l’aspect pratique et à la réalisation d’exercices pour ressentir son périnée et être capable d’en mobiliser les différentes zones. Au fil des années, mon vocabulaire a beaucoup changé et aujourd’hui je n’emploie plus les mêmes termes pour parler des exercices de périnée. Mon expérience s’est largement enrichie depuis que j’ai étudié le thème du fascia et on sait aujourd’hui que le périnée est composé à 80% de tissu conjonctif (donc fascial) et 20% de tissu musculaire, dont 80% sont des fibres posturales et seulement 20% des fibres que l’on peut contracter volontairement. Désormais je parle plus volontiers de TONIFICATION du périnée et non de contraction. J’explique aux personnes qu’elles doivent être à la recherche d’une SENSATION au niveau du périnée et non pas d’une contraction. Lors de mes lectures sur le sujet du fascia j’ai choisi comme modèle de référence « les chaines myofasciales » de Thomas MYERS expliquées dans son livre « Anatomy trains » (3eme édition 2018). Selon le modèle myofascial, le périnée appartient aux mêmes chaines myofasciales que le diaphragme et le psoas (Ligne antérieure profonde) ce qui nous renseigne sur le fait qu’une tension exagérée au niveau de l’un de ces muscles peut entrainer une tension sur un autre muscle , puisqu’ils appartiennent à la même chaine myofasciale.

L’approche biomécanique :

Dans cette approche biomécanique, le périnée est vu en tant que fondation d’une maison, traversée par la filière urinaire, gynécologique et digestive qui exercent des pressions sur lui.

L’approche fasciale :

Aujourd’hui le modèle fascial et plus précisément l’approche « tensègre » du périnée, montre que la structure peut se déformer, se rigidifier et surtout s’adapter aux nouveaux équilibres en fonction des situations. La structure tensègre exerce sa propre stabilité par autocontrainte. Ce n’est plus la gravité mais l’équilibre des forces de tension et de compression au sein du système qui en assurent l’intégrité. Cette approche nous renseigne sur le fait que les organes ne s’appuient pas sur le périnée mais sont suspendus dans le corps. Tous les tissus sont en continuité pour assumer et répondre aux forces de tension et de compression dans le corps.

Les exercices proposés : pour prendre conscience du périnée, je propose aux participantes en position debout de remonter le périnée en expirant et d’apprendre à le décontracter en plusieurs paliers sur l’inspiration. J’insiste beaucoup sur l’importance d’apprendre à relâcher son périnée. Nous faisons le même exercice, assise en tailleur sur le sol ce qui modifie la perception et nous le réalisons également assise sur un ballon pour mieux distinguer la zone antérieure et postérieure du périnée en basculant le bassin vers l’avant ou l’arrière. Nous apprenons aussi à affiner nos perceptions et notamment repérer dans son corps l’emplacement de l’urètre, du vagin et de l’anus.

Dans mes cours de Pilates, j’ajoute volontairement au moment d’une position de repos les exercices appris pendant le stage et pour les autres personnes je leur propose de chercher à rapprocher leurs ischions sur une expiration et ensuite de chercher à rapprocher le pubis du coccyx également sur un temps expiratoire. Pour information, je propose également le dernier exercice aux hommes pendant les cours. Une étude brésilienne réalisée en 2016 par le département de gynécologie de Sao Paulo sur « l’efficacité d’ajouter des exercices de contraction des muscles du plancher pelvien dans un programme d’exercices de Pilates » met en lumière les résultats positifs de renforcement des muscles du plancher pelvien chez des personnes nullipares sédentaires (1)

En conclusion : de mon côté, force est de constater les retours positifs de mes clientes ayant participé au stage et qui réalisent très souvent, voire quotidiennement leurs exercices, en plus de leur séance hebdomadaire de Pilates : elles me font part d’une disparition des symptômes d’incontinence urinaire d’effort.

(1)Effectiveness of adding voluntary pelvic floor muscle contraction to a pilates exercise program: an assessor masked randomized controlled trial Luiza Torelli Zsuzsanna Ilona Katalin de Jarmy Di Bella Claudinei Alves Rodrigues Liliana Stüpp Manoel João Batista Castello Girão   Marair Gracio Ferreira Sartori    

Nov 2016 – Pubmed

Bibliographie et sources

AGUILERA Efféa Rituels de femmes Pour découvrir le potentiel du périnée ; Editions Le courrier du livre 2015

BOURSIER Alain Dr DURAS Jean « Les dialogues du périnée » Editions Odile Jacob 2016

CALAIS-GERMAIN Blandine Le périnée féminin et l’accouchement ; Editions DésIris ; 2002

CARRE D. SIMEON C. Périnée tout ce que vous avez toujours voulu savoir sans jamais oser le demander ! Editions L’opportun 2017

CECCHI Catherine Secrets de femme – Le périnée – Editions Sauramps médical 1996 COTELLE Odile Guide pratique de rééducation uro-gynécologique Editions Ellipses 2005

COTELLE BERNEDE – CHARRON Monique ; L’eau quotidienne et les femmes – Petits soucis et grands tracas liés à l’absorption d’eau Editions Stock 1990

DE GASQUET PISTRE Bernadette; L’incontinence urinaire d’effort chez les multigestes: constats et propositions de prévention en pré, per et post partum ; Thèse de médecine 1992

DE GASQUET Bernadette ; ABDOMINAUX : Arrêtez le massacre ! « Protégez votre dos et travaillez pour renforcer votre « capital-abdos » et tonifier votre silhouette. » Méthodologie Abdologie de Gasquet Editions Marabout 2011

DE GASQUET Bernadette ; Périnée arrêtons le massacre, prévenir et réparer les erreurs répétées dans la vie quotidienne, la maternité, le sport…Editions Marabout 2012

FALEVITCH MJ Le périnée ludique Editions Jostte Lyon 2019
GALLIAC ALANBARI Sandrine ; Rééducation périnéale féminine, mode d’emploi ; Editions Santé Robert Jauze

2010
GATINEAU Bernadette Yoga et périnée Editions Quintessence Nature et bien-être 2012

JEAN-BAPTISTE J. HERVIEU JF Fuites urinaires et sport chez la femme ;Revue progrès en urologie Février 2010

LACHANT JA Bien marcher ça s’apprend ! 100 conseils qui vont changer la vie Editions Payot santé 2015 MYERS Thomas ANATOMY TRAINS Les méridiens myofasciaux en thérapie manuelle 3eme édition Editions

Elsevier Masson 2018

ROY Anna On en parle de mon périnée Editions Leduc pratique 2018

WINCKLER Martin Le chœur des femmes Editions Folio 2017

Revue Sciences et Avenir n° 822 bis – Août 2015

Conférence « Le périnée, un capital à préserver pour les hommes et les femmes » Dr PIAZZOFERRATO, Dr ROUSSEAU et Mme BLANCHARD Département de Pelvi-périnéologie du CHU de Caen 25 février 2022

Sites web recommandés : www.perineeshop.com ; www.mygyneas.com